Elizabeth courait. Ils avaient eu vent d’une altercation dans un couloir près de la conférence. Ce pouvait-être leur homme, celui qu’ils recherchaient, ou bien Meredith, même si Elizabeth doutait sérieusement qu’elle soit impliquée dans une histoire comme celle ci. Elle ne se battait pas, ce n’était pas vraiment son genre. C’était sûrement une des personnes les plus calmes qu’elle ait jamais rencontré. Du moins la plupart du temps. Ils trouvèrent le couloir en question et entrèrent. Là, engagée dans un combat contre leur criminel, se tenait Meredith. Au moment où Elizabeth entrait dans la pièce, elle était en train de frapper l’homme avec vigueur. Elizabeth se figea, éberluée. Elle ne l’aurait certainement pas crue capable de frapper quelqu’un si fort. Mais Meredith était pleine de surprises.

Elle courut vers elle. Meredith venait apparemment de se prendre un coup dans le ventre, à en juger de par la façon dont elle se tenait l’abdomen.

Elizabeth demanda:
- Meredith ! Est-ce que ça va? Ton ventre te fait mal?
Meredith leva les yeux vers elle, car elle était à terre et lui tendit une main pour qu’elle l’aide à se relever. Puis elle dit:
- Elizabeth ! Que fais-tu là ? Tout va bien? Tu ne te serais pas déplacée si tout allait bien!
- Tu as raison, on a un gros problème : cet homme qui t’a attaquée est un dangereux criminel. On a appris qu’il était ici et on a pris le premier avion pour s’assurer que tout allait bien. On dirait qu’on arrive juste à temps, on dirait. Raconte-moi ce qu’il s’est passé, s’il te plaît.
- Ce n’est pas compliqué: je suis sortie dans le couloir parce que avais besoin d’air. Ça faisait presque une heure que j’écoutais les orateurs, alors j’en ai eu marre et je suis sortie. Ce dégénéré m’a bondi dessus et je me suis défendue. Il a réussi à atteindre mon ventre, mais je crois que ça ira. Il avait l’air de me connaître. Je ne suis pas une victime au hasard. On dirait que j’étais sa cible.

Elizabeth la regarda, l’air inquiet et alarmé :
- Tu penses que tu étais sa cible ? Mais alors tu es en danger ici aussi!
- Oui, je suppose.
- Je vais t’emmener voir un médecin, pour ton ventre. On ne sait jamais.
Meredith commença par refuser tout net, puis elle fut d’accord avec Elizabeth. Il était plus prudent de faire voir ça a un docteur. Il n’y aurait probablement qu’un bleu, mais ce pouvait être grave. Et cela inquiétait Elizabeth.