Elizabeth était à son bureau, dans son agence. Elle était en train de traiter certains dossiers qui étaient étalés sur sa table. Elle décida de faire une pause. Elle alla se chercher un café. Pendant le trajet jusqu’à la machine à café, elle se mit à réfléchir. Meredith et elle habitaient toujours dans ce même appartement. Plusieurs semaines s’était écoulées depuis Noël. A présent, elles étaient toutes les deux de retour au travail. Mais Meredith avait dû partir à l’étranger pour quelques jours pour son boulot.

Elizabeth devait rester là. Et elle n’aimait pas savoir son amie seule dans un pays étranger. Meredith était partie en France. Aussi lui avait-elle suggéré de prendre son nouveau chien. Meredith avait accepté. Et maintenant, elle était à des centaines de kilomètres de là (ou peut-être moins. Elizabeth avait tendance à exagérer quand elle était stressée et triste. Car oui, elle était triste car Meredith était partie, mais aussi stressée car elle avait peur qu’il lui arrive quelque chose de grave.

Même si le chien était avec elle. Mais elle devait se concentrer sur ses dossiers. Un collègue vint lui parler:
- Ah, au fait, Elizabeth, on a une nouvelle cible. Tu le savais ?
- Non, tu viens de me l’apprendre. Est-ce un meurtrier ?
- Oui. Il est très dangereux.
- Est-il dans la base de données ?
- Plus ou moins. On a pas ses empreintes, mais on sait que ce n’est pas la première fois qu’il fait ça. Il s’attaque aux brunes et il va très certainement aller à cette conférence en France, à Paris.
Il lui donna un dépliant. Elizabeth s’écria :
- Quoi? C’est là que Meredith est partie ! Et elle est brune! Elle est en danger! Il fait que j’y aille!

Elle jaillit de son fauteuil, disparaissant dans le couloir.
Une fois dans un avion, elle réfléchit: Meredith n’ était peut-être pas encore à la conférence, et le tueur non plus. Et puis il y avait plein de brunes, en France, ce serait peut-être suffisant pour que Meredith ne se fasse pas tuer. Elizabeth espérait de tout cœur qu’elle n’arriverait pas trop tard. Elle avait peur pour son amie. Elle avait tellement peur de la perdre !