Elizabeth était atterrée. Meredith l’avait oubliée ! Bon, elle avait oublié le reste de sa vie aussi, mais tout de même ! Elle était blessée. Même si ce n’était pas de la faute de Meredith si elle était amnésique. C’était à cause de ceux qui l’avaient enlevée.

Ils l’avaient endormis, mais ils avaient injecté une dose un peu trop forte et le produit avait joué un rôle d’ »effaceur de mémoire » au lieu du rôle de somnifère qu’il devait jouer au préalable. Résultat : Meredith ne se rappelait de rien. Pas même de son amie. Elle l’avait traitée comme une étrangère ( ce qu’elle avait probablement été pour elle à ce moment-là) et lui avait demandé de sortir au bout de cinq minutes. C’était tellement frustrant! Avoir son amie tout près d’elle mais ne pas pouvoir lui parler comme avant était affreux.

Leurs conversations ressemblaient à ça, maintenant :
- Qui êtes vous? Je ne vous connais pas.
- Je suis ton… Euh…Votre amie.
- Je ne me rappelle de rien. C’est dommage… Et puis je voudrais tenter de me rappeler par moi même. Alors à plus tard !

Elle aurait tellement aimé revenir à comme c’était avant! Son amie lui manquait. Quelque part, ces hommes lui avaient pris Meredith. Peut-être pour toujours.

Meredith recouvra la mémoire le lendemain. Ses souvenirs revinrent tous en même temps. C’était temporaire. L’Amnésie, bien sûr. Et à présent, elle se rappelait qu’elle était en colère contre Elizabeth. Elle l’évita pendant un certain temps. Pour Elizabeth, c’était encore une autre façon de perdre son amie. Et cette fois-ci, c’était par choix. Elizabeth se sentait très mal. Elle aurait peut-être dû lui dire dès le début qu’elle était agent secret elle aussi. Leur amitié n’aurait pas démarré sur un mensonge. (par omission, mais c’était quand même un mensonge)

De son côté, Meredith en voulait à Elizabeth. Cette femme qui se disait son amie lui avait caché quelque chose d’aussi important? Elle était à la fois énervée et effrayée. Cela voulait dire que son amie exerçait un métier très dangereux! Et elle ne supporterait pas de la perdre. Elle ne voulait jamais être dans la situation où on l’appellerait pour lui dire qu’Elizabeth était morte. Cette révélation lui faisait vraiment très peur. Parce que , même énervée contre elle, elle tenait à son amie.

Elle avait pas eu le temps de réagir, quand ces hommes l’avaient attrapée. Heureusement, son ange gardien avait été là. Elizabeth jouait ce rôle depuis quelques temps déjà sans trop s’en rendre compte. Son amie l’avait libérée. Et elle en était très reconnaissante.