Elizabeth était dans le couloir près de la salle où se trouvait Meredith. Elle était seule et réfléchissait. La jeune femme blonde voyait Meredith comme une petite sœur, même si elle ne la connaissait pas depuis très longtemps. Ces hommes semblaient dignes de confiance. Mais ils pouvaient aussi être dangereux pour elles. Ils avaient parlé d’une maison où elles pourraient se cacher pas très loin de l’endroit où elles se trouvaient en ce moment. Elizabeth ne se sentait pas vraiment en sécurité et elle enrageait de ne pas avoir protégé Meredith correctement. Cette dernière semblait se méfier de leurs nouveaux protecteurs. Peut-être avait-elle raison de ne pas leur faire confiance, après tout.

Mais Meredith venait de vivre beaucoup de choses stressantes. Elle ne devait pas être habituée à tant d’action. Cette prise d’otages avait changé sa vie à tout jamais. Lorsque Elizabeth l’avait vue entrer dans la station service quelques heures auparavant, elle ne s’était pas doutée qu’elles deviendraient amies, ni qu’elles devraient se cacher ensemble. La plupart des gens qui se croisent dans des lieux publics ne se reverront jamais.
Elle était désolée pour Meredith qu’elle se soit retrouvée embarquée dans cette histoire. Tous ces évènements avaient changé Meredith, Elizabeth le sentait. Elle était devenue plus méfiante qu’elle ne l’était déjà. Et d’après ce que pouvait supposer la jeune femme, elle avait été méfiante bien avant que tout cela n’arrive.

Meredith semblait voir les personnes qu’elles ne connaissait pas comme des dangers potentiels. Il fallait de la patience pour se rapprocher d’elle. Elizabeth ne savait pas si ses séjours dans des familles d’accueil s’étaient bien passé, mais il lui semblait que non. Cette famille, qu’elle avait mentionnée un peu plus tôt, sans doute la dernière qui l’avait recueillie, n’avait pas l’air d’être particulièrement sympathique. Les parents s’occupaient apparemment plus de leur « vraie » fille que de Meredith. Elizabeth connaissait ce genre de personnes. En plus de ne pas prêter attention à elle, ils devaient la rabaisser. Ce n’était pas bon pour un petit enfant de s’entendre dire des choses horribles sur les orphelins. Surtout pour une petite fille. On avait dû lui dire qu’elle ne valait rien, que de toute façon elle n’avait pas le droit d’exister….

Elizabeth avait été très surprise par le comportement de Meredith un peu plus tôt. Tous ces hommes lui avaient sans doute fait peur. Et puis leur porte-parole avait un ton de voix pour le moins impressionnant. Meredith avait dû se sentir oppressée. Elle avait paniqué. Et ils avaient dû l’endormir pour pouvoir la soigner. Elizabeth avait eu mal au cœur en voyant Meredith se débattre afin de fuir cet endroit. La brunette avait semblé réellement paniquée et totalement hors d’elle. Elizabeth avait eu vraiment peur qu’un de ces hommes ne la blesse d’avantage en tentant de la raisonner. Et maintenant, elle se retrouvait à attendre dans ce couloir blanc. Mais que faisaient-ils? Que c’était long! Elizabeth mit ses mains sur ses yeux.